TwitterfacebookYouTubeSteamRSS
Logo JambonBurst
La toute dernière chronique
Firewatch : sortir ou ne pas sortir des sentiers battus
Dirty Bomb : Un Enemy Territory en 2014
Ça nous intéresse

Dirty Bomb : Un Enemy Territory en 2014

Quelle année que l’année 2003! Souvenez vous, à l’époque Activision faisait encore des bons jeux et surtout, les MMORPG et les MOBA n’existait pas! C’était le temps béni du FPS roi où l’iron sight, aujourd’hui devenu la norme, n’en était qu’à ses balbutiements.

Je parle de 2003, car c’est l’année qui a vu la première création de Splash Damage : Wolfenstein : Enemy Territory qui sortait 21 ans après le très bon Return to Castle Wolfenstein. Ce dernier est bien sûr essentiellement connu pour avoir rebooté une franchise au fondement même du First Person Shooter (à l’époque on disait Doom-like), et est un des meilleurs FPS solo de son époque. RTCW comportait également un multijoueur intelligent qui sera affiné dans son add-on gratuit qui imposera un genre à lui tout seul : Enemy Territory. Certainement un des meilleurs FPS de tous les temps, joué de façon compétitive jusqu’au moins 2009, le jeu proposait l’affrontement de 2 équipes avec 5 classes à rôle très précis. L’interêt du jeu résidait dans le coté très tactique puisque les objectifs était non conventionnels : escorter un char ( du Payload bien avant Team Fortress 2), faire exploser des objectifs précis, construire des ponts, etc, bref les objectifs ne se focalisaient pas sur la tuerie.

Splash Damage travailla également sur Quake Wars : Enemy Territory (2007) qui reprend l’univers de Quake en Enemy Territory. Sur le plan graphique il souffrait de la concurrence des cadors, tandis que le coté assumé hardcore traditionnel de son gameplay le rendit moins accessible. Il trouva néanmoins son public et est reconnu pour être un bon jeu.

En 2011, Splash Damage sorti sa première licence originale, tout en gardant son axe Enemy Territory. Il s’agit de Brinks, un jeu FPS en équipe toujours avec des éléments de parkour. Malgré beaucoup d’attentes et un visuel original, le jeu fut rapidement déserté après sa sortie, car manquant d’un petit quelque chose pour en faire le meilleur shooter de sa génération.

Venons-en à notre sujet :

Dirty-Bomb-art-1

Bimb! Pas d’erreur, Splash Damage est un studio anglais. Dirty Bomb se déroulera dans un futur proche à Londres et opposera 2 équipes de mercenaires dans des matches 6 vs 6. Comme les précédents Enemy Territory, le jeu se veut nerveux et avec des objectifs précis à réaliser, mais en plus il sera Free-to-play.

Alors qu’est ce qu’on a de nouveau? Tout d’abord le principe d’un 6v6 dans un style de jeu qui d’habitude se joue sur des grandes cartes. Ici les cartes sont petites, avec 3  couloirs qui mène chaque camp à l’objectif. Ça ne vous rappelle rien tout ça? Et oui, Dirty Bomb introduit mine de rien quelques petits éléments de MOBA dans le FPS. Tout d’abord les cartes intuitives dont on a fait le tour en 30 secondes avec des objectifs à découvert qui nécessiteront une parfaite couverture de la place pour pouvoir réaliser l’objectif (hacker un terminal, réparer un véhicule, armer/désamorcer une bombe). Ensuite, les personnages sont beaucoup plus nombreux et possèdent chacun 2 armes (inchangeable) et surtout 1 à 3 compétences uniques qui sont activable immédiatement avec A, E et F. Ces compétences sont à utiliser sans modérations car le cooldown est très court (nervosité oblige) et surtout c’est très utile, intuitif et varié : défibrillateur, soin, artillerie, grenades, tourelles, munitions, etc. Les personnages peuvent malgré tout être triés en 5 classes : les tireurs avec les grosses armes, les soutiens avec les munitions et l’artillerie, les medics, les snipers/infiltration et les ingés. L’avantage de la multitude de personnages et la variété d’armes et de compétence qu’ils fournissent à chaque classe. Le tout est servi par un level design et des graphismes pas désagréables ainsi qu’un HUD efficace et clair. Les armes ont un feeling plutôt correct même si ça coince sur certains points.

En effet, même si Dirty Bomb laisse présager du bon, il traine aussi avec lui quelques boulets. Il est en développement depuis très longtemps, avec l’alpha fermée qui a débuté en Janvier 2013! Autant dire qu’en 15 mois d’alpha et de béta fermées, le jeu a dû être retouché assez sérieusement. Premier point : le nom. Dirty Bomb en  Janvier 2013 puis Extration en Aout 2013 puis à nouveau Dirty Bomb en Mai 2014 pour la béta semi-fermée. De quoi s’y perdre, surtout qu’aucun des noms n’a de vrai signification par rapport au fond du jeu. Autre changement majeur l’iron sight. Celui est en effet complètement absent sur les vidéos de l’alpha! Forcément, le passage à l’iron sight n’a pas du se faire sans problème d’équilibrage pour la quarantaine d’armes du jeu (imaginez que Team Fortress 2 passe à l’iron sight du jour au lendemain)!

Autres points qui laissent perplexes : D’un part la plateforme Nexon qui est encore en béta et qui accueille des jeux douteux, et d’autres part le coté F2P qui fait que seuls 5 personnages seront disponibles et les autres déblocable. L’économie du jeu reste encore un mystère.

Vous pouvez postuler sur le site officiel pour gratter une clé beta, ou essayer d’en échanger une avec vos amis contre des pogs ou des jojo’s.

Ci après, une vidéo de l’alpha où les devs expliquent comment ils essaient d’équilibrer le jeu au poil près.

 

zacbru

Rédacteur

Voir ses autres articles

Firewatch : sortir ou ne pas sortir des sentiers battus
Les gens de Hi-Rez Studios pensent encore qu’ils savent faire des shooters
Preview : Ark : Survival Evolved

à voir aussi

Commentaires (7)

Ecrire un commentaire
  1. Mouhwahno

    Une clé dispo par retour de mp.

  2. Foliok

    Jeu plutôt sympa, à tester. Je regrette juste l'obligation d'installer leur "Steam du pauvre" alias Nexon qui fait bien peine à voir. Entre Origin, Steam, UPlay et maintenant Nexon, ça commene à faire beaucoup.

  3. EL TIGRE

    le jeu est vraiment prometteur imo et ils ont trouvé le compromis graphique entre brink et semi-réalisme, j'aime beaucoup

  4. KaiN34

    Niveau feeling des armes ça se rapproche d'un CS 1.6 ou d'un truc plus "réaliste" ?

  5. Xigua

    J'aime ce jeu, même si le chara design ne me plait pas vraiment, la direction artistique est vraiment kewl. De même pour le gameplay.
    Si des gens veulent faire des petites parties, je suis là. Ca perd grandement en fun et intérêt avec des randoms qui ne jouent pas teamplay

Voir la suite des commentaires