TwitterfacebookYouTubeSteamRSS
Logo JambonBurst
La toute dernière chronique
Firewatch : sortir ou ne pas sortir des sentiers battus
Passage au grill
Mark Of The Ninja

Hara-kiri, mon amour

Jeu développé par Klei Entertainment, sorti sur Xbox 360 puis sur Steam en octobre 2012. C’est un jeu d’action/infiltration en 2D dans lequel vous incarnez un ninja qui doit se battre contre des forces armées, avec à leurs têtes un certain Karajan.

Dès les premiers instants de jeu, on se retrouve plongé dans une ambiance à la fois très sombre et très « cartoon ». Ce mélange, assez hétéroclite, est très bien maîtrisé (on reconnaîtra la patte graphique des types qui ont réalisé Shank, un beat them all disponible aussi sur les même plates-formes). Ainsi, on est complètement happé dans un Japon moderne tiraillé entre tradition et technologie, le scénario se met en place dès le début, notamment grâce à des cinématiques au poil et doublées par des acteurs de talents, par l’attaque de notre QG. On comprend vite que nous faisons partie des derniers ninjas traditionnels et que l’on doit se battre contre une milice armée jusqu’aux dents qui met en danger notre culture et notre héritage. La pénombre emplit l’écran, elle sera notre meilleure alliée.

Karajan, l’un des assaillants de notre dojo

En effet, pour accomplir votre quête, vous devrez rester un maximum dans l’obscurité, pour cela, vous devrez jouer avec les différents environnement du décor (lampes, projecteurs etc…) afin de berner les différents soldats et gardes, qui sont pour le reste aussi alerte que des sentinelles de Metal Gear Solid, ils sont en revanche souvent lourdement armés. Il y a aussi quelques énigmes dans ce jeu mais rien qui ne sorte de l’ordinaire.

Comme nous sommes d’authentiques ninjas, pas question d’utiliser des armes à feu ou d’autres pétoires bruyantes : nous ne disposons que notre katana, de kunaïs et surtout de notre agilité (on débloquera d’autres gadgets au fur et à mesure du jeu). Comme Mark of the ninja est un jeu d’infiltration, le but est de se faire repérer le moins possible, on pourra néanmoins tuer quelques adversaires çà et là pour finir le niveau plus facilement, en les poignardant dans le dos ou en se cachant dans des bouches d’aération. Mais pour cela, il faudra parvenir derrière votre ennemi sans faire de bruit ! On aborde ici un des points forts du jeu, il est dans l’essentiel très bon dans le level-design et on pourra choisir pas mal de chemins différents afin d’accomplir notre but. On pourra choisir de liquider tous les adversaires sur notre chemin, ou bien de tout simplement nous faufiler à pas de loup derrière les ennemis. Vous pouvez ainsi jouer plutôt « sneaky beaky-like » ou de manière plus sanguinaire, un peu comme un bon vieux Deus Ex en somme et c’est très agréable.

Tuer le garde ou passer discrètement, cruel dilemme

La difficulté du jeu est assez faible, en revanche, le jeu possède un système de scoring en fonction des actions que l’on effectue (sachant que la discrétion rapporte plus que la boucherie) et un leaderboard à la fin de chaque niveau, si bien que si vous restez sur votre faim quant à la difficulté à finir les niveaux, vous trouverez votre bonheur à faire un high-score et à battre tous vos amis Steam. Il y a aussi des items cachés dans le niveau avec de jolis haïkus à lire, ainsi qu’un arbre de compétence. Encore une fois rien qui ne va révolutionner le petit monde du jeu vidéo, mais tout ceci rend le jeu très agréable.

Test par Mr.Vercetti
+
Le scénario et l'ambiance
le gameplay simple et efficace
-
Peu d'idées originales au final
Mark Of The Ninja
Ninjaaaaaa
On pourra conclure en disant que Mark of the ninja est un jeu tout à fait classique en ce qui concerne le gameplay, un jeu d'infiltration avec un poil d'action parmi tant d'autres. Là où il se distingue, c'est par son univers mystérieux et très prenant, à mi-chemin entre féodalisme et modernité. Il se distingue aussi par un bon scénario assez fouillé qui comprend son petit lot de rebondissements. La mise en scène n'est pas en reste, autant par l'usage des cinématique que par le jeu de lumière, ou plutôt le jeu d'obscurité.

rexboner

Rédacteur

Voir ses autres articles

à voir aussi

Commentaires (8)

Ecrire un commentaire
  1. Z

    Bon test, même si j'aime pas du tout les jeux de ce studio. Moi je veux bien que l'ambiance et l'histoire soit agréables, mai ce gameplay c'est vraiment pas mon truc (encore moins sur Shank).

  2. Mr_Vercetti

    Moi non plus j'ai pas du tout aimé Shank, mais là c'est pas du tout un beat them all, ça se joue beaucoup plus dans la finesse

  3. Mr.L

    J'ai trouvé la maniabilité au poil, vraiment agréable à jouer. Juste un petit temps un prendre en main. Une durée de vie un peu courte toute fois mais j'ai apprécié chaque moment.

  4. BRU

    fixed, j'ai purgé un peu toutes les transitions dont l'auteur semble friand (ainsi, on comprend très vite, comme, etc). Virez vos messages, pas la peine de remplir les commentaires avec ça.

  5. Soupalonion

    Pour ceux qui voudraient s'y mettre je recommande clairement une manette, je sais pas ce que ça vaut à la souris mais c'est clairement un confort plus qu’appréciable.

    Et si vous aimez le challenge, il faut évidemment tenter de se faire toute les missions en Ghost et en New game +.

    Par contre je suis choqué, zacbru n'a pas de statut "Staff".
    (Il faudrait peut être songer à faire un petit comité de relecture avant publication d'un article, une faute par ligne ça rebute vraiment)

Voir la suite des commentaires