TwitterfacebookYouTubeSteamRSS
Logo JambonBurst
La toute dernière chronique
Firewatch : sortir ou ne pas sortir des sentiers battus
Un méchant de Call of Duty porte plainte contre Activision
On s'en fout

Un méchant de Call of Duty porte plainte contre Activision

Voici un cas sans précédent dans le monde du jeu vidéo : Manuel Noriega  dictateur militaire du Panama à la fin des années 80 et apparaissant en tant qu’antagoniste dans Call of Duty : Black Ops 2 – porte plainte contre l’éditeur du jeu pour utilisation non autorisée de son image et de son nom.

manuel-noriega-cod

Une comparaison avec une photo d’époque (fin des années 80)

Peu de chances que les jeunes générations friandes de la franchise Call of Duty connaissent le personnage réel de Manuel Noriega. Militaire, espion, trafiquant de drogue et apprenti dictateur, Noriega était le chef des forces armées du Panama de 1983 à 1989, auto-désigné président du Panama en 1989 jusqu’à ce que les américains vinrent lui botter le cul sur du rock’n’roll pendant l’opération Just Cause. Condamné aux USA et en France pour blanchiment d’argent ainsi que trafic de drogue, il a été condamné dans son pays pour meurtres et violation des droits de l’homme, et a été extradé de la France vers le Panama en 2011. Loin d’être sorti de son trou, il fait parler aujourd’hui dans les médias mainstream pour cette plainte contre un des jeux vidéo les plus populaires du 3ème millénaire. 

Vu le parcours du personnage, il a pourtant toute sa place dans le jeu. Pour ceux qui ne connaissent pas, Black Ops est un arc narratif assez atypique dans la franchise, beaucoup plus proche des films d’espionnages. En effet, au lieu d’y incarner un héroïque troufion au milieu d’une guerre mondiale (plus ou moins fictive), on y incarne un agent de la CIA effectuant les basses besognes de l’administration américaine. Si le gameplay est tout aussi générique que n’importe quel Call of Duty, le scénario est en revanche l’occasion de réécrire un peu l’Histoire peu glorieuse de la guerre froide en projetant le joueur dans des sales affaires qui restent encore floues de nos jours : débarquement de la baie des cochons à Cuba, guerre du Viêt Nam , assassinat de Kennedy, invasion de l’Afghanistan par l’URSS, invasion du Panama par les USA, avec des passages en 2025 pour Black Ops 2. L’ambiance y est très travaillée et l’histoire plus « crédible » que l’arc narratif Modern Warfare et propose des fins différentes. C’est également l’occasion de retrouver un formidable casting de doubleurs : Ed HarrisSam Worthington, Gary OldmanMichael KeatonMichael Rooker, etc.

bo_castro

Fidel Castro avec des méchants fictifs du premier Black Ops.

Manuel Noriega n’est pas le seul personnage réel a prendre part à l’histoire de Black Ops, la liste est plutôt bien fournie : Fidel Castro, John Fitzeral Kennedy, Jonas Savimbi, et d’autres cadres américains plus obscurs. Mais en tant que agent double pour Cuba et pour la CIA, doublé d’un trafiquant ayant probablement financé les contras du Nicaragua, il est un personnage de choix pour l’intrigue ambiguë de Black Ops. Bien qu’âgé de 80 ans et toujours en prison, il semblerait qu’il ne soit pas désintéressé par les milliards brassés par Call of Duty.

A cette heure, toujours pas de réponse officielle d’Activision Blizzard.

source Le Monde

source Rue89

/!\ ATTENTION /!\

Je n’ai pas mis de vidéo, car les jeux sont assez courts et riches en gros spoilers. Comme c’est du Call of Duty et que l’intérêt des campagnes résident plus dans l’histoire que dans le gameplay, ça serait dommage de se spoiler.

zacbru

Rédacteur

Voir ses autres articles

Firewatch : sortir ou ne pas sortir des sentiers battus
Les gens de Hi-Rez Studios pensent encore qu’ils savent faire des shooters
Preview : Ark : Survival Evolved

à voir aussi

Commentaires (0)

Ecrire un commentaire
Ecrire le premier commentaire