TwitterfacebookYouTubeSteamRSS
Logo JambonBurst
La toute dernière chronique
Firewatch : sortir ou ne pas sortir des sentiers battus
Passage au grill
Don’t Starve : Wilson au pays des cauchemars (Test de Soupalonion)

Sorti en 2013 sur PC puis début 2014 sur la PS4, Don’t Starve est un jeu de survie à la troisième personne développé par Klei Entertainement, aussi responsable de l’excellent Mark of the Ninja.

 


 

Ne meurs pas de faim !

Vous vous réveillez en plein milieu de nulle part, un grand type en costume, vêtu d’un haut de forme vous conseille de fabriquer un abri avant la tombée de la nuit puis disparait en un éclair. Vous vous retrouvez seul, et les ennuis ne font que commencer.

dontstarve01

Peut-être parviendrez-vous à en savoir plus sur cet étrange individu…

 

Les premières minutes de Don’t Starve sont plutôt déroutantes : le jeu commence immédiatement après votre réveil en plein milieu de nulle part, vous laissant tout le loisir d’explorer les alentours et découvrir l’interface même du jeu.

dontstarve02

Pas de tutoriel, démerdez-vous avec votre bite et votre couteau !

 

Sur la gauche de l’écran, une barre de craft avec des recettes déjà fournies pour chaque type d’objet : feu, outil, structure, vêtements… Tout le nécessaire pour la survie en milieu hostile. En bas de l’écran, votre inventaire. En haut à droite, quatre statuts :

 

L’heure solaire, indiquant l’arrivée de la nuit.

 

Vos points de vie, qui se dégradent lors des combats contre la faune locale.

 

Votre santé mentale : à la moitié de votre jauge votre personnage aura tendance à avoir des hallucinations ou à brûler de manière imprévisible tout ce qui l’entoure.

Votre jauge de faim, qui baisse avec le temps. Il faudra manger tout ce qui est comestible à proximité pour la conserver à un niveau correct.

 

Il faudra gérer ces trois paramètres afin d’assurer votre survie sur le long terme. Pour cela, le craft est primordial : il faut tout d’abord fabriquer des outils qui vous permettront de collecter de nouvelles ressources, tel que du bois, de la pierre, de l’or…De quoi créer une « Science machine », un objet très pratique qui vous permettra de débloquer de nouvelles technologies, telle que l’agriculture et le raffinage de matériaux.

Quand Tim Burton rencontre le jeu vidéo

L’ambiance du jeu passe une multitude de détails qui permettent de s’immerger dans cet univers étrange. Sur le plan sonore tout d’abord : chaque personnage est « doublé » par un instrument à la « Pierre et le Loup » pour renforcer la musicalité du jeu (trompette pour Wilson, flûte pour Willow, etc.). Le jeu diffuse très peu de musique, vous serez amenés à traverser pendant de longues minutes des plaines silencieuses avec pour seul bruit celui de vos pas, jusqu’au moment où des grognements étranges commencent à surgir de la forêt… Le feu crépite, le vent souffle, les oiseaux s’envolent en piaillant, pas de doute : on est en plein milieu de la nature sauvage.

 

Graphiquement, si au premier abord les personnages semblent sortir d’une bande dessinée pour enfants, le jeu plonge rapidement vers le glauque façon Tim Burton quand on rencontre des araignées aussi grosses qu’un homme, voire vers le morbide lorsque l’on commence à piller des tombes pour récupérer quelques précieux artefacts. Le style en 2D est très appuyé et la profondeur de champ du jeu donne l’impression que les héros évoluent sur un jeu de plateau.

Chronique d’une vie d’ermite

Vite, pas de temps à perdre ! Vous devez commencer par ramasser quelques pierres de silex et des branches pour confectionner une hache rudimentaire, avant de couper du bois et collecter quelques touffes d’herbes pour un futur feu. Lors de votre exploration du territoire, profitez-en pour cueillir quelques baies goûteuses et sucrées. La vie n’est pas si difficile, croyez-vous naïvement. Le soleil est déjà au crépuscule, il est temps d’établir un campement.

 

dontstarve03

Il ne faut pas confondre « peur du noir » et « préjugés racistes ».

 

 

Le feu crépite depuis longtemps lorsque la nuit vient, mais des phénomènes étranges commencent à se manifester. Est-ce bien une paire d’yeux qui vous observe, tapit dans les ténèbres ? Cet arbre gigantesque est-il en train de bouger, tel un gardien des temps anciens ? Et quels sont ces grognements insistants au loin dans la forêt ?

La nuit passe, le sommeil manque gravement, il faut pourtant se remettre au travail. La nourriture se fait rare, et la solitude pèse sur votre moral. A bout de force, affamé, vous poussez votre exploration plus avant dans l’espoir de trouver quelque chose à manger. C’est alors que vous faites votre première rencontre : un cochon, un cochon humanoïde, en pleine forme, la chair tendre, délicieuse. Poussé par le désespoir, vous le chargez avec votre hache, près à déguster ses côtelettes…

 

dontstarve04

Le tout est de déterminer si cette rencontre sera bonne ou mauvaise…

 

dontstarve05

…avant de vous faire trucider par ses compères. Fin de la partie.

Insertion d’un profond sentiment de désespoir

Don’t Starve laisse le joueur maitre de son destin, seule l’expérimentation vous permettra de progresser, il ne faut pas avoir peur de tenter de rentrer en contact avec les populations indigènes ou d’explorer des cavernes sombres et humides. C’est avec votre expérience personnelle du jeu que vous saurez que le changement de plumage de cet oiseau annonce l’hiver ou bien encore que la bouffe est toujours meilleure cuite.

J’entends déjà certains dans le fond me dire que ce jeu semble être une copie éhontée de Minecraft. Et bien non mes amis ! Minecraft est un jeu bac à sable tourné vers la création, tandis que Don’t Starve se concentre sur la survie au jour le jour en milieu hostile. Chaque partie est unique, chaque décès entraine la perte de tout votre stuff et la génération d’un nouvel environnement.

A la manière d’un Binding of Isaac, le jeu vous force à apprendre de vos erreurs pour pouvoir survivre plus longtemps, car votre mort est permanente. Au fur et à mesure de vos parties, vous débloquerez de nouveaux personnages à jouer avec des caractéristiques distinctes, comme par exemple une insensibilité au feu ou bien une force décuplée lorsque votre jauge de faim est pleine.

Le DLC « Reign of Giants » rajoute de nouveaux items, de nouvelles mécaniques de gameplay (saisons, ennemis, biomes…) ainsi que deux nouveau personnages. Je recommande de jouer avec l’édition de base avant de vous lancer dans le DLC, histoire de maitriser les mécaniques de base.

+
Ambiance
Craft et survie bien pensés
Rejouabilité
-
Attendez-vous à mourir souvent
Don't Starve
Succulent !
Jouez à Don’t Starve, tout d’abord pour son ambiance et le riche contenu à découvrir dans cet univers cauchemardesque. Ensuite parce que la rejouabilité est énorme, sa courbe de progression vous laisse pas mal de marge avant de maitriser toutes les subtilités du gameplay. Enfin et surtout, un mode multijoueur devrait bientôt débarquer, officiellement pour « l’Eté 2014 ».

Slade

Rédacteur

Voir ses autres articles

Deus Ex revient en version augmentée
Sortie de The Binding of Isaac: Afterbirth le 30 octobre sur PC
Mise à jour surprise de KOTOR II avec du support Mac et Linux

à voir aussi

Commentaires (3)

Ecrire un commentaire
  1. Jronimooo

    Je croyais que c'était des infos sur le multi :'''''''(

    Bon test sinon !

  2. Cyanure

    J'adore ce jeu. Le seul problème c'est que j'arrive pas à arrêter d'y jouer si je passe pas 4h min dessus et quand je dois le relancer j'ai peur de reprendre une sauvegarde "à froid" et de faire une connerie qui va m'être fatale :'(

  3. Gray Mann

    C'est clair qu'il est bon ce jeu, et en effet a revenir dans des parties bien avancés, on les fini parfois un peu trop vite.

    Sinon il y a aussi le workshop steam qui est bien intégré et fourni en mod pour ce jeu.

    Certain son fumé mais il y en a pas mal qui permette de customiser un peu son expérience de jeu de façon assez sympathique.
    Au final il y a de quoi se faire son jeu de survie à sa sauce (customisation du hud, durabilité des items, système de pet/invocation, ajout d'une aube/crépuscule, nouveau persos, etc etc.)

    Si je conseil de saigner un peu le jeu sans mod avant de se le customiser, il y a certain mod, notamment pour le hud, qui ne fileront pas d'autre avantage qu'un meilleur lisibilité de nos stats (displayfoodValues, auto-equip, StatusPlus).

    Ceci dit, pour les amoureux de la petite pyromane, je conseil le mod brighter lighter qui avantage certes, mais de façon plutôt intelligente.
    Il y a un rpg items qui rajoute des stats aléatoire aux items qui est pas mal foutu et relativement équilibré.
    Je conseil également le DawnBreak qui rajoute aube et crepuscule.
    Il y a également un mod qui rajoute un slot pour le backpack, histoire de pouvoir portée sa veste en herbe en plus de son sac a dos, là on commence à rentrer sur une pente glissante mais bon...
    Après dans les fumés mais marrant...
    Le throawble rocks, si il est fumée mérite d'être testé, juste pour venger tout les chasses infructueuse à la hache.
    Un infinite tool si on veux de la survie façon touriste, voir un certain "don't erase my saveslot" qui conserve la dernière sauvegarde... En cas de mort...
    /*sifflote*/

    PS: il y a aussi un mod qui permet de la coop en local, mais je n'ai pas trop eu l'occasion de le tester (un peu le bordel en bind à 1ère vue) :
    http://steamcommunity.com/sharedfiles/filedetails/?id=172291214&searchtext=coop

Ecrire un commentaire