TwitterfacebookYouTubeSteamRSS
Logo JambonBurst
La toute dernière chronique
Firewatch : sortir ou ne pas sortir des sentiers battus
Preview : Ark : Survival Evolved
Ça nous intéresse

Preview : Ark : Survival Evolved

Ark : Survival Evolved est en early access sur Steam depuis le 2 Juin 2015, et moins d’une semaine après, il est indéniable que ce lancement est un succès qui monte de jour en jour. À l’heure où j’écris cette preview cette après-midi, 34000 utilisateurs de Steam jour à Ark, ce qui le place 7e des charts Steam, devant The Witcher 3 et Civilization V. Et le pic de joueur maximal augmente tous les jours !

Le jeu de survie était quasiment inconnu avant la parution de son trailer le 11 Mai 2015 et en 4 semaines, il a profité d’une hype fantastique malgré une concurrence plus ou moins redoutable (Rust, Stomping land, DayZ) qui avait plutôt essoufflé l’attrait pour les jeux de survie. Les dinosaures y sont probablement pour quelque chose, mais le trailer n’est pas en reste : le jeu parait très beau, le contenu gigantesque et les interactions avec le bestiaire semblent avancées. Les développeurs se vantent d’utiliser uniquement des images in-game pour le trailer, ce qui serait bluffant si c’était effectivement le cas.

Pour l’avoir testé une vingtaine d’heures en quelques jours, je suis bien obligé de le dire, c’est vrai : tout ce qui est montré dans le trailer est en jeu (avec forcément une sélection de scènes enjolivées) et je suis comblé au delà de mes attentes.

En revanche, tous les testeurs vous le diront : c’est peu optimisé et ça rame sévère. Mais ça ne nous a pas refroidi pour autant, au contraire : dès le deuxième jour d’early access, un patch a fait augmenter les FPS de 50 % ! Nous sommes tout de même obligé de baisser considérablement la qualité graphique pour pouvoir tester le jeu à l’heure actuelle. Bon on peut quand même en rigoler.

Mais ce qu’on perd en qualité, on le gagne en contenu. De ce point de vue là, Ark Survival Evolved est le bon élève de l’early access. Le trailer et les annonces ne nous ont vendu ni plus ni moins que ce qui est disponible, et c’est déjà énorme. Le bestiaire est conséquent, les interactions sont nombreuses, et la survie en tribu est vraiment amusante et équilibrée. À l’instar des autres jeux de survie, il faut collecter, crafter, upgrader, etc, mais Ark propose une feature supplémentaire : le domptage de la faune. Chaque créature peut être neutralisée et nourrie afin de devenir docile et d’être chevauchée, et les utilisations sont aussi nombreuses que la variété d’espèces le permet. Certains herbivores servent littéralement de moissonneuses et peuvent glaner des herbes et des baies vingt fois plus vite qu’on le ferait à la main, certains bipèdes font d’excellentes montures et sont impératifs pour les déplacements (la map est grande, accidentée et dangereuse) et les carnivores sont des alliés indispensables pour les combats.

Le premier dinosaure capturé par ma tribu

Le premier dinosaure capturé par ma tribu

Ark Survival Evolve ne se complique pas la tâche avec le réalisme, c’est un jeu fantastique assumé en ce qui concerne l’ambiance : créatures préhistoriques, technologies inconnues, et la classique île merveilleuse. Au niveau du gameplay, il pioche beaucoup d’élément du MMORPG. Chaque joueur a son niveau qui augmente en faisant des actions et durant les combats. Chaque niveau débloque 1 point de caractéristique qui sert à améliorer le personnage (vitesse, vie, dégâts, stamina, etc), ainsi que des points d’engram qui permettent de débloquer les schémas de craft que les niveaux proposent. Attention cependant, si atteindre le niveau max débloque tous les schémas à l’achat, un personnage au niveau max ne disposera jamais d’assez de point d’engram pour tout acheter ! D’où l’importance capitale de jouer en multijoueur pour que chacun des membres de la tribu puisse se spécialiser (un bâtisseur, un dompteur, un armurier, un agriculteur, etc). Les dinosaures aussi ont leur propre niveau. Pour la faune sauvage, les animaux les plus dangereux sont à l’intérieur de l’Île ou aux endroits clés. Pour la faune apprivoisée, les niveaux permettent aux joueurs d’augmenter les caractéristiques de l’animal comme on le ferait pour son propre personnage. Pour le côté Roleplay, les personnages se réveillent en slip sur l’île et ont perdu la mémoire. L’engram (engramme en français) représente des traces de mémoire que les personnages retrouvent et donc les technologies oubliées.

Monter de niveau débloque les selles pour de nouvelles créatures

Monter de niveau débloque les selles pour de nouvelles créatures

La communauté est très enthousiaste, malgré les problèmes d’optimisation et de pathfinding. Les défauts actuels du jeu sont facilement améliorables et les développeurs sont très motivés et attentifs. On espère qu’ils iront au bout de leur projet. Vous pouvez les suivre sur Facebook et surtout, sur Steam et Reddit

www.playark.com

 

 

zacbru

Rédacteur

Voir ses autres articles

Firewatch : sortir ou ne pas sortir des sentiers battus
Les gens de Hi-Rez Studios pensent encore qu’ils savent faire des shooters
C’est le début de la fin des freemiums sur le Google Play Store

à voir aussi

Commentaires (8)

Ecrire un commentaire
  1. St. Jimmy

    Ptite question, quand on meurt, on perd juste son stuff ou aussi ses niveaux et tout? Dans le premier cas jpourrais peut-être me laisser tenter.

  2. Mr_Vercetti

    oh non voilà que je viens de me rappeler que nous avons un site

  3. Shiro

    Ptite question, quand on meurt, on perd juste son stuff ou aussi ses niveaux et tout? Dans le premier cas jpourrais peut-être me laisser tenter.

    Juste le stuff, d'où l'intérêt des niveaux.

  4. Kazuhira Miller

    Le jeu à l'air sympa mais la hype ne risque pas de s'effondrer au bout de trois semaines?

  5. Frott Clanois

    Evidement que si, comme d'habitude pour ce genre de jeux.

Voir la suite des commentaires